Nos producteurs régionaux

Utiliser la police spéciale enfants: 
Non
Symbole d’authenticité, de tradition et de terroir, nos producteurs fermiers sont les premiers acteurs dans la fabrication de nos produits. Ils nous garantissent leur origine et leur mode de fabrication.
La qualité est notre priorité et nous tenions à vous présenter l'un de nos producteurs de lait.
Un homme passionné et passionnant, qui accompagne Le Petit Basque depuis 1994. Il nous a reçus sur son exploitation au cœur du Périgord, où il pratique une agriculture « durable ». Les terres étant humides, les pâturages sont très nombreux sur ce territoire idéal pour l’élevage.

  Au travers de cette interview, vous allez découvrir le parcours d’une brebis à la ferme, le dur métier d’agriculteur et d’éleveur et enfin la passion de cet homme pour les animaux et la nature.

« Présentez-nous votre exploitation. »

« Je projetais déjà, très jeune, de faire un jour du lait de brebis. Je ne suis pas issu du milieu agricole et à l’époque, ma famille n’a pas adhéré à mes projets. J’ai tout de même persévéré et travaillé sur différents postes dans diverses exploitations agricoles. J’ai  aussi effectué un stage en tant que berger dans le Larzac pendant 1 an. En 1982, j’ai repris, avec ma femme, l’exploitation actuelle. Mais faute de débouchés locaux, nous avons commencé avec des brebis à viande et un élevage de lapins. C’est en 1990 que nous avons débuté la production laitière. Nous avons choisi la brebis Lacaune car c’est une très bonne race laitière (1ère race ovine laitière qui compte 1 million de brebis en France), c’est également une grande marcheuse et brouteuse donc idéale pour notre exploitation.
En 30 ans et grâce à notre production, nous avons triplé notre cheptel et multiplié par 4 notre surface d’exploitation qui est divisée en 2 parties, l’une réservée aux pâtures, l’autre pour la culture de foin et de céréales.
 

« Comment se déroule la traite des brebis ? »

« Nous effectuons 2 traites par jour qui durent environ 2 heures ; la première est à 6 heures et la seconde vers 18 heures. Le temps de traite peut varier selon le nombre de bêtes mais surtout selon le nombre de personnes présentes pour la traite. Nos brebis produisent en moyenne 1 litre de lait par jour. Cela peut varier en fonction des mises-bas car une brebis qui a agnelé récemment, produit plus de lait qu’une brebis en fin de lactation. Après chaque traite, je raccompagne le troupeau jusqu’au pré où il y passera la nuit. Je reviendrai le chercher le lendemain matin de bonne heure ! »
 

« Racontez-nous la vie d’une brebis. »

« Les brebis naissent sur notre exploitation et restent un mois avec leur mère. Elles intègrent le troupeau vers l’âge de 5 à 6 mois. Dès leur 16ème mois, elles sont prêtes pour la reproduction et sont présentées aux béliers. Elles donnent naissance à 1 ou 2 agneau(x) une fois par an jusqu’à l’âge de 6 ou 7 ans. Nos brebis vivent une très grande partie de l’année dans les pâturages et l’herbe constitue 60% de leur ration. Le reste se compose de foin et d’ensilage d’herbe et de maïs produit sur notre exploitation.
Nous avons choisi de ne pas pratiquer la transhumance. En revanche, nous les changeons de prairies très régulièrement puisque nos différentes parcelles s’étalent sur 6 km d’un bout à l’autre. Ces changements fréquents permettent également d’éviter que nos bêtes soit contaminées par des parasites»
 

« Expliquez-nous comment vous produisez du lait toute l’année ? Est-ce que le bien-être de l’animal est respecté ? »

« Nous avons choisi la race Lacaune car c’est une très bonne laitière mais aussi parce qu’elle dessaisonne très facilement. Le dessaisonnement est un phénomène naturel qui permet à nos bêtes de se reproduire sur les 12 mois d’une année. Nous formons alors 3 groupes de brebis pour étaler les naissances et les traites. C’est ce système qui nous permet d’avoir du lait toute l’année tout en respectant le bien-être de nos brebis. »
 


« Est-ce que le goût du lait change selon la nourriture ou la mise-bas des brebis ? »

« Le goût est effectivement différent sous certaines conditions. La nourriture plus ou moins riche selon les périodes de l’année, peut être à l’origine d’un changement de la saveur du lait. L’herbe riche de nos pâturages donne un parfum plus prononcé. Mais c’est surtout pendant la période de lactation que la qualité gustative du lait est différente. Environ 1 mois après l’agnelage, le taux de matières grasses et de protéines est au plus haut et procure au lait un goût plus prononcé. »